Vélorution Lyon

accueil   plan du site contact
 
Lettre d'informations 
 
Rubriques :
> Actions !
> Contacts
> Participez !
> Carnet(s) de route(s)
> Des idées pour la ville
> Regard critique sur la ville
> Documentation
> Liens et copinage
> Revue de presse
> Velo’v, Velib’ : des Vepub’
 
Derniers articles :
  :: Vélorution mars 2013
:: Une bande cyclable sauvage pont de la Mulatière
:: Un film vélosophique
:: Vélorution universelle 2013 : Critical Mass’ilia !
:: Velib’ : un marché trop libre
 
 
   
 
   Carnet(s) de route(s)
Vélorution du 23 juin 2007 : les cyclistes retiennent leur souffle...

Ce samedi 23 juin les cyclistes lyonnais se sont réappropriés l’espace public avec un message clair et pour le moins inhabituel : « contre la pollution, arrêtons de respirer ! ».

(JPG)
Super Vélorutionnaire a trouvé la solution : contre la pollution, tous en apnée !

Car c’est bien connu, le problème, n’est pas la pollution, c’est l’air qu’on respire ! Devant les caméras de France 3 et d’un sympathique touriste japonais, Super-vélorutionnaire ouvre la manifestive par un discours exhortant les conducteurs de 4x4 à abandonner leur véhicule au profit d’un jet privé, bien plus confortable, plus rapide et si peu gourmand en énergie... Il met également l’accent sur le côté sympathique de la bagnole : des milliers de morts par an en France à cause de la pollution et des accidents ! Le ton est donné.

(JPG)

Après une réparation expresse de roue suite à une crevaison (c’est quand même plus rapide qu’une crevaison de voiture), le cortège démarre sous le regard des passants intrigués, croyant voir dans ce flot de drapeaux une manifestation de la gay-pride.

(JPG)

Hé non ! Ce sont de gai(e)s cyclistes qui parcourent les rues pour dénoncer les méfaits de la bagnole en ville, à coup de slogans provocateurs mais tellement vrais : « il fait chaud, tout va bien, ta voiture n’y est pour rien ! » ou encore « l’auto, ça pue, ça tue et ça pollue ! ». Nous croisons un énorme 4x4 transformé en taxi : mais à quoi peut bien servir un tel monstre en ville ? Pourquoi tant de pollution ?

(JPG)

Equipés de masques pour dénoncer l’empoisonnement de la ville par les gaz d’échappement, les vélorutionnaires sensibilisent les passants et les automobilistes. Effet garanti !

(JPG)

Armé de son mégaphone, Super-vélorutionnaire interpelle avec humour les automobilistes qui tentent de forcer le passage : « Non, il est interdit de s’inviter à la Vélorution en voiture. Il faut descendre de son véhicule et prendre un vélo ! » Hélas, l’automobiliste avec son moyen de transport puant et désocialisant n’a trop souvent que le klaxon (et les insultes) pour s’exprimer... La bagnole fait ressurgir la part animale qui sommeille au fond de chaque conducteur.

(JPG)

Quittant le centre de Lyon, la Vélorution traverse des quartiers de Villeurbanne peu commerçants où les habitants découvrent un cortège joyeux et coloré qui change du brouhaha bagnolesque quotidien. Les enfants sont émerveillés par nos drapeaux, nos ballons et nos bulles de savon. Sans doute savent-ils que nous roulons pour eux : la bagnole détruit la planète et les générations futures en pillant les ressources planétaires.

(JPG)

Levers de vélos, pauses apnée et applaudissements au passage d’une superbe voiture-métalisée-peinture-verte. Il paraît que les voitures « vertes » polluent moins que les autres...... Les vélorutionnaires lyonnais crient leur ras-le-bol de la bagnole avec dérision. « La solution radicale contre la pollution, c’est l’apnée ! Contre les embouteillages urbains, supprimons les trottoirs et agrandissons les voies de circulation ! »

(JPG)

Démonstration à Grand-Clément, le quartier le plus pollué de Villeurbanne. Ici, un gigantesque carrefour ponctué de feux tous les 10 mètres laisse les bagnoles s’entasser sous les habitations. Rien n’a été aménagé pour les vélos et les piétons. L’automobile a envahi l’espace. Que du bonheur...

(JPG)
(JPG)

Un passage cours Emile Zola, la grande artère de Villeurbanne, permet de scander un « J’accuse » qui fait sensation : « J’accuse la voiture de polluer la ville, j’accuse les automobilistes de tuer les générations futures » !

(JPG)

La manifestive se termine au parc du Centre au pied d’une immense cheminée symbolisant la fin de l’ère du charbon. Bientôt, quand il n’y aura plus de pétrole, quand nos amis automobilistes auront englouti et gaspillé toute cette ressource naturelle, trônera peut-être aux côtés de cette cheminée un immense pot d’échappement, symbolisant l’ère post-automobile. Retenons notre souffle : avec l’auto, le pire est à venir...

(JPG)
Un référendum sur les transports ?


Site développé avec SPIP , un programme Open Source sous licence GNU/GPL