Vélorution Lyon

accueil   plan du site contact
 
Lettre d'informations 
 
Rubriques :
> Actions !
> Contacts
> Participez !
> Carnet(s) de route(s)
> Des idées pour la ville
> Regard critique sur la ville
> Documentation
> Liens et copinage
> Revue de presse
> Velo’v, Velib’ : des Vepub’
 
Derniers articles :
  :: Vélorution mars 2013
:: Une bande cyclable sauvage pont de la Mulatière
:: Un film vélosophique
:: Vélorution universelle 2013 : Critical Mass’ilia !
:: Velib’ : un marché trop libre
 
 
   
 
   Carnet(s) de route(s)
Samedi 28 juin 2008 : la Vélorution déroule et déboulonne

Juin 2008, 4ème samedi du mois : la vélorution commence à se former à 15h00 place de la Comédie, devant l’Opéra. Et également devant l’Hôtel de Ville, deux jours après la garden party de la municipalité ayant rassemblé pas moins de 3 000 personnes, où le vélo était sûrement l’un des principaux sujets de discussion... N’est-ce pas ?

Du Vélo’v, il en était précisément question en cette vélorution ensoleillée de juin. Les Déboulonneurs [1] ont proposé à la vélorution de s’associer à l’événement pour dénoncer l’invasion de l’espace public par les panneaux publicitaires ("sucettes" sur les trottoirs et panneaux de 4x3m) de JCDecaux. Désormais, tout le monde ou presque le sait à Lyon, l’implantation, la gestion et l’entretien des Vélo’v sont financés par la publicité de JCDecaux, ce qui permet à la municipalité de se désengager financièrement de ce qui aurait pu être un véritable service public du vélo et de communiquer sur ce succès indéniable.

(JPG)

Le cortège, multicolore et très divers, part en direction des quais de Saône, dans la joie et la bonne humeur. Nous nous arrêtons aux feux, histoire de bien respecter le Code de la route, comme nous l’a demandé la police... En attendant le Code de la rue et pour éviter de se faire écraser par la horde motorisée et puante des quais, nous patientons donc.

(JPG)

Après une descente des quais, un passage place des Jacobins et place Bellecour, nous nous dirigeons à coups de slogans vers le quartier de Gerland, où les habitants à leur fenêtre sont ravis de voir enfin des gens gais, joyeux et de tous les âges à la place des voitures, machines asociales, bruyantes et stressantes !

(JPG)

Puis, direction la rue de la Part-Dieu à 16h58 très précisément pour fêter l’installation toute récente d’un immense et joli panneau publicitaire... sur la “superbe” piste cyclable de la Part-Dieu située rue du Docteur Bouchut [2] ! Déjà que zigzaguer sur cette piste est sportif, il ne manquait plus qu’un panneau vantant ce jour là les mérites d’un whisky pour combler le cycliste !

Quelques Déboulonneurs sont déjà présents. Des chaises et un banc sont installés pour visionner le barbouillage. L’ambiance est festive, les gens discutent, la musique est au rendez-vous. Les Déboulonneurs dénoncent l’invasion publicitaire et ses méfaits. Leur action, non-violente, consiste à barbouiller symboliquement ce genre de panneaux. Les procès qui s’ensuivent sont une occasion de créer une jurisprudence et d’amener à une modification de la loi de 1979 sur la publicité tout en se réclamant du principe de nécessité [3].

La suite, vous pouvez la lire sur le site de LibéLyon...

Passé le barbouillage, le cortège se disperse. Certains vont soutenir les barbouilleurs arrêtés pour l’occasion.

La vélorution, grâce aux Déboulonneurs, fait d’une pierre deux coups : elle défend la place du vélo en ville et pointe du doigt le système Vélo’v, pas très cohérent dans son principe, ni très respectueux de l’environnement...

Rendez-vous pour la prochaine vélorution, celle des vacances, samedi 26 juillet prochain.

Bon été à tous, sans voiture et à vélo !


Notes

[1] Pour mieux connaître les Déboulonneurs : http://www.deboulonneurs.org

[2] Pour voir la piste en photos, c’est par ici.

[3] Article 122-7 du Code pénal : "N’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace."



Site développé avec SPIP , un programme Open Source sous licence GNU/GPL