Vélorution Lyon

accueil   plan du site contact
 
Lettre d'informations 
 
Rubriques :
> Actions !
> Contacts
> Participez !
> Carnet(s) de route(s)
> Des idées pour la ville
> Regard critique sur la ville
> Documentation
> Liens et copinage
> Revue de presse
> Velo’v, Velib’ : des Vepub’
 
Derniers articles :
  :: Vélorution mars 2013
:: Une bande cyclable sauvage pont de la Mulatière
:: Un film vélosophique
:: Vélorution universelle 2013 : Critical Mass’ilia !
:: Velib’ : un marché trop libre
 
 
   
 
   Des idées pour la ville
Jalonnement du réseau cyclable

La question du jalonnement des itinéraires cyclables est parfois source de débat chez les cyclistes. A quoi bon bénéficier d’indications d’itinéraires différentes des automobilistes ? Cette question peut se poser dans une ville, comme Lyon où n’existent quasiment pas de contresens cyclables et de couloirs de bus autorisés aux vélos.

Ainsi, à quoi peuvent bien servir des itinéraires particuliers pour les vélos dans une ville qui ne permet pas aux cyclistes de rouler ailleurs que les automobilistes (couloir de bus, contresens) ?

(JPG)
C’est clair, simple et si pratique

Un petit tour en Suisse, mais aussi en Allemagne, à Strasbourg, à Paris et dans d’autres villes françaises permet de constater le bien fondé de ce type de jalonnement quelque soient les aménagements cyclables de la ville.

(JPG)
Le plus simple. Juste pour ne pas perdre l’itinéraire

Des plans, des flèches, des indications sur les services du quartier (vélociste, mairie, station de tram, métro, aire de loisirs, etc) est toujours la bienvenue dans une grande ville où personne ne peut connaître tous les quartiers. Utile aussi pour les touristes ayant fait le très bon choix de visiter la ville à vélo. Utile pour les cyclotouristes en voyage arrivant dans une ville depuis ses faubourgs et tentant de se repérer dans le labyrinthe de nos rues.

(JPG)
Suisse, Bâle : un totem au croisement de routes cyclables du pays

A Bâle, en Suisse, un totem trône au centre de la ville avec des indications d’itinéraires... pour sortir de la ville. Ces itinéraires font partie d’un jalonnement cyclable à travers toute la Suisse. Un ensemble d’une dizaine de parcours permettant de visiter ce pays par des petites routes peu fréquentées mais aussi des pistes cyclables, des voies vertes et des chemins. Chacune dispose d’un numéro et de variantes. Régulièrement est indiqué le nom des prochains villages et la distance. Ce superbe réseau de signalisation bénéficie d’un entretien régulier afin d’être mis à jour et de vérifier l’absence éventuelle de panneaux.

(JPG)
Croisement au pied de la forêt noire. Le pourcentage de montée est indiqué ainsi que les gares

En Allemagne, en Forêt Noire, ce même type de jalonnement est proposé. Les cyclistes sont sûrs de rouler sur des axes tranquilles et de ne pas se retrouver sur une route nationale au détour d’un virage. Aussi les entrées et sorties de villes évitent les zones industrielles et commerciales, les périphériques et autres boulevards périurbains. C’est à travers les jardins ouvriers, les lotissements, les parcs et chemins de halage qu’on entre dans les villes.

(JPG)
Petit panneau à un carrefour en Allemagne

Grenoble possède ce genre de signalisation, mais le plus dur pour une ville n’est pas de la mettre en place mais de l’entretenir. Grenoble pourrait s’inspirer de l’exemple de Chambéry dont le rôle du « patrouilleur à vélo » est, entre autres, de signaler ce genre de choses.

Paris s’est mise depuis peu à la signalisation d’itinéraires pour les cyclistes. Un début dans une ville où des aménagements cyclables sont peu à peu réalisés.

(JPG)
Ca commence à bouger en France... même Paris s’y met

A Lyon, il n’y a rien de ce style. Il faut partir vers Miribel Jonage pour voir quelques vestiges d’un jalonnement. Il a été dit que la piste cyclable parallèle à la ligne de tram LEA-T3 allait bénéficier d’un superbe jalonnement. A l’ouverture de cette ligne, nous devons constater que rien n’est en place.

Sans doute est-il est plus difficile de créer une signalétique pour les cyclistes que mener le chantier d’un nouveau tramway... A moins que les priorités fassent passer les aménagements cyclables en queue de liste des projets au Grand-Lyon ?


Petite annonce envoyée aux cyclistes parisiens lors de la mise en place du premier jalonnement cyclable à Paris

Jalonnement du réseau cyclable : les premiers jalons !

Vous êtes nouveau résident à Paris, votre meilleur-e ami-e vous donne rendez-vous dans un quartier que vous n’avez pas l’habitude de fréquenter, ou vous êtes encore un des multiples visiteurs de la ville-lumière qui apprécie de prendre le vélo pour mieux découvrir ses quartiers. En métro, en auto ou à pied, vous avez à votre disposition des panneaux de signalisation qui jalonnent votre parcours. Mais ce qui est adapté aux marcheurs ou aux conducteurs ne l’est pas forcément pour les cyclistes qui peuvent rechercher des itinéraires à la fois plus sécurisés, dotés de voies cyclables ou encore les plus directs, en utilisant des contresens cyclables !

Mais la Ville de Paris, comme d’autres collectivités avant elle, en France mais surtout dans les pays voisins, a cherché à relever le défi et s’est attelée à la question du jalonnement de son réseau cyclable.

11 axes principaux Suite à un travail de définition du réseau mené par les services techniques de la voirie de Paris, avec le concours des associations de cyclistes, 11 axes principaux ont été définis pour relier une vingtaine de pôles majeurs environ qui ont été identifiés comme les grandes gares et les places principales de la capitale. Des liaisons complémentaires ont également été retenues afin de compléter ce maillage, comme dans le cas de la desserte des deux bois.

Plus d’info sur le site de la Mairie de Paris



Site développé avec SPIP , un programme Open Source sous licence GNU/GPL