Vélorution Lyon

accueil   plan du site contact
 
Lettre d'informations 
 
Rubriques :
> Actions !
> Contacts
> Participez !
> Carnet(s) de route(s)
> Des idées pour la ville
> Regard critique sur la ville
> Documentation
> Liens et copinage
> Revue de presse
> Velo’v, Velib’ : des Vepub’
 
Derniers articles :
  :: Vélorution mars 2013
:: Une bande cyclable sauvage pont de la Mulatière
:: Un film vélosophique
:: Vélorution universelle 2013 : Critical Mass’ilia !
:: Velib’ : un marché trop libre
 
 
   
 
   Actions !
Samedi 24 novembre 2007, Vélorution Lyon s’associe à la Journée sans achat

La surconsommation est une source de pollution. Arrêtons d’acheter sans cesse de nouvelles voitures et roulons à vélo.

En prônant le droit de circuler dans des villes apaisées du trafic automobile, les vélorutionnaires ne perdent pas de vue les enjeux mondiaux. Le système publicitaire et nos gouvernants nous maintiennent dans l’illusion du "toujours plus". L’être humain est relégué au rang de producteur-consommateur. Ce concept engendre une destruction chaque jour grandissante de l’environnement : pillage des ressources naturelles, augmentation du nombre de déchets, du transport aérien, maritime et routier, rejet de gaz polluant, chute de la biodiversité...

Dans les conclusions du « Grenelle de l’environnement », le gouvernement promet « de financer le retrait des vieilles voitures polluantes grâce à une prime à la casse pour aider au rachat d’un véhicule propre ». Nous sommes là face à une tartuferie qui consiste à encourager les ménages à acheter, toujours acheter, pour soi-disant polluer moins. Or la voiture propre n’existe pas. Au contraire, une voiture pollue trois fois : au moment de sa fabrication, lors de son utilisation et lors de son élimination.

Encourageons la population à ne pas acheter de voiture DU TOUT, à se débarrasser de cette dépendance mortelle. Favorisons les transports en commun (voire la gratuité), offrons une prime aux salariés se déplaçant à vélo (comme en Belgique), repensons l’urbanisme de nos villes et l’aménagement de notre territoire. Notre société où la bagnole est reine n’existe que parce que des gens veulent bien y consentir. Refuser cette dépendance, c’est transformer la société dans laquelle on vit.

Selon l’INSEE, les ménages consacrent en moyenne 15 % de leur budget pour la voiture, soit plus de 5 000 euros par an. Les Français passent en moyenne 15 % de leur temps de travail à financer leur bagnole (coût d’achat, entretien, essence...). Rouler à vélo plutôt qu’en voiture, c’est réduire sa consommation, et son impact sur l’environnement.

Rendez-vous pour une manifestation festive à vélo le 24 novembre. Départ 15h devant l’Opéra de Lyon.

Et à la fin de la Vélorution, une surprise offerte par Collectif des déboulonneurs de Lyon...

(JPG)


Site développé avec SPIP , un programme Open Source sous licence GNU/GPL